HACHA CÉRÉMONIELLE REPRÉSENTANT DEUX CROTALES SACRÉS

VERACRUZ – Mexique

600 - 900 AP. J.-C.

Hauteur : 33,2 cm – Largeur : 26,8 cm - Épaisseur : 3 cm

Trachyte gris-beige

Provenance

Everett Rassiga, New York, depuis 1969

Olman Gutierrez, Miami, depuis 1986

Collection Galerie Mermoz depuis 2021

 

Cette sculpture exceptionnelle est l’œuvre d’un artiste du Veracruz. Il s’agit d’une hacha cérémonielle comme celles utilisées dans le cadre des tournois de jeu de balle, un sport rituel pratiqué dans toute la Mésoamérique, aux incidences politiques, sociales et religieuses considérables.

L’immense valeur cette œuvre se mesure à sa qualité sculpturale qui témoigne d’un remarquable souci décoratif servi par une grande maîtrise technique mais également à l’importance symbolique des deux crotales enlacés, animaux sacrés, occupant une place de premier plan dans la cosmogonie et les croyances des peuples de la Mésoamérique.

La présence – en double - de celui que les Aztèques désignaient comme le « Prince des Serpents » est un indicateur fort de l’immense pouvoir qui était placé en cette œuvre et dont son propriétaire était le dépositaire. Extrêmement rapide et agile, à l’aise dans tous les milieux et redoutable du fait de son venin foudroyant, le crotale présentait toutes les qualités utiles à un dignitaire pour exceller lors d’un tournois de jeu de balle.

En outre, l’étude de nombreuses œuvres et récits mythiques faisant intervenir le serpent ont permis de mettre en lumière son lien étroit avec la pluie et le sang, ce qui nous renvoie naturellement aux sacrifices qui clôturaient les joutes, dont l’objectif ultime était de nourrir les dieux pour qu’à leur tour ils nourrissent les hommes en leur apportant la pluie. Tout ceci désigne le serpent à sonnette comme un symbole religieux en lien avec la vie et la mort extrêmement puissant, qui confère à l’évidence à notre œuvre une valeur hautement sacrée, œuvre qui par là-même nous introduit à la profondeur de pensée des civilisations mésoaméricaines dans leur ensemble.

Sur le plan formel, le sculpteur a convoqué deux crotales, qui semblent effectuer une danse, évoquant la danse de combat effectué par les serpents à sonnettes pour démontrer leur supériorité face à un rival. Cet étrange rituel intervient durant la saison de reproduction, les mâles entrent alors en compétition et se départagent grâce à une démonstration de force. Une thématique virile qui résonne dans le cadre du jeu de balle, évidemment.

Le serpent situé en bas de cette sculpture a la tête posée sur le sol, tournée vers l’arrière de l’œuvre qui présente un décrochement angulaire, appelé tenon, servant à positionner cette hacha sur un support, un joug cérémoniel très probablement. On retrouve ici certaines des caractéristiques iconographiques propres au serpent dans l’art de la Mésoamérique : un profil allongé avec un nez formant une grecque spiralée, un œil rond logé sous une forte arcade sourcilière se terminant par une volute et une bouche profonde, capable de s’agrandir démesurément pour avaler des proies de belle taille. La langue fourchue n’est pas figurée dans le cas présent. En revanche, on devine les crocs impressionnants, situés entre la mâchoire supérieure et la mâchoire inférieure, au niveau de l’ouverture de la gueule.

Un corps longiligne, souple et robuste prolonge cette tête, qui n’est pas sans rappeler celle d’un dragon. Ce corps, ponctué de cinq cercles concentriques reliés par deux lignes gravées parallèles, effectue un mouvement ondulatoire complexe, comme seuls peuvent le faire les serpents. Il est posé sur le sol puis remonte à la verticale, puis redescend vers la tête, en formant une vague, pour finalement, au niveau du crâne, relever fortement la queue. Une queue qui ne laisse aucun doute quant au fait que nous sommes en présence d’un crotale puisqu’elle est composée de six anneaux emboîtés formant le bruiteur caudal avec lequel l’animal se manifeste, évitant ainsi de se faire écraser par des prédateurs plus imposants. Ce bruiteur est également appelé cascabelle, de l’espagnol cascabel qui signifie grelot.