MASQUE REPRESENTANT UN VISAGE HUMAIN

TEOTIHUACAN – Mexique

450 – 750 AP. J.-C.

  • Hauteur : 14,4 cm
  • Largeur : 13,6 cm
  • Epaisseur : 6,5 cm

Serpentine verte tachetée.

Masque représentant un visage humain.

La bouche est grande ouverte et les lèvres sensuelles bien dessinées. Le nez est droit, son arrête est fortement marquée, ses narines sont percées et ses ailes sont en relief. Les yeux sont creusés en forme d’amande. Les arcades sourcilières fines et en relief forment une ligne courbe et se confondent avec le front fuyant. Les oreilles rectilignes sont saillantes et les lobes sont perforés. Le haut de la tête est plat et une encoche est sculptée au milieu de  l’arrière du crâne. Quatre trous d’attache ont été réalisés pour permettre de suspendre ce masque : au-dessus de chaque oreille, ainsi qu’au milieu de l’arrière de chacune d’elles.

Ce masque est exceptionnel par la finesse de ses traits et la qualité de son exécution. Il est doté d’une grande expressivité grâce à l’intensité de son regard et à sa bouche grande ouverte qui exprime le souffle vital. Par ailleurs, les yeux et la bouche sont profondément creusés et devaient, à l’origine, être incrustés de coquillage, de pyrite ou d’une autre pierre. Enfin, la serpentine, par sa vive couleur et le superbe polissage de sa surface, met en lumière la beauté de cette sculpture.

Par sa forme pentagonale, son regard transcendantal et ses lèvres sensuelles, ce masque symbolise l’idéalisation de la civilisation Teotihuacan, dont l’apogée se situe entre 450 et 750 apr. J.-C. Cette civilisation doit son nom au célèbre site archéologique de Teotihuacan qui signifie « La cité des Dieux ». D’origine agraire, elle a su imposer son hégémonie à travers toute la Méso-Amérique en exerçant son influence dans les domaines à la fois politique, religieux et culturel. Sur le plan artistique, deux sortes de créations caractérisent son apogée : la construction de grands complexes architecturaux et la création de masques en pierre comme celui que nous vous présentons. Ces masques, de taille humaine pour la plupart, sont pourvus de trous de suspension afin d’être fixés sur des statues de bois et utilisés lors de cérémonies rituelles. Ils furent pour la plupart retrouvés dans des cachettes votives près des centres religieux. Ils reflètent le désir de perfection et de permanence dans une société où le divin est omniprésent.

Provenance Ancienne Collection européenne depuis 1970.