CHAMAN DEBOUT

REMOJADAS - VERACRUZ - MEXIQUE

350 - 550 AP. JC

Hauteur : 78,3 cm - Largeur : 32 cm - Épaisseur : 19 cm

Terre cuite creuse brun-beige recouverte de goudron (chapopote)

Provenance

Ancienne collection européenne depuis 1968

Collection Galerie Mermoz depuis 2002

Sculpture anthropomorphe représentant un chaman debout.

Les jambes sont droites et légèrement séparées. Le buste est puissant et les épaules légèrement arrondies sont larges. Le bras gauche tombe le long du corps, tandis que le bras droit est plié à angle droit, le poing vers l’avant. Il tient dans la main un grand objet cérémoniel avec un miroir circulaire dont le pourtour est orné de franges. Le personnage est vêtu d’une longue tunique à manche courte dont la jupe est décorée de bandes croisées et de pendants en forme de coquillages. Il est paré d’un collier avec pendentif et de longues boucles d’oreille. Le visage arbore une expression puissante, teintée de sérénité et d’intériorité. La bouche est fermée. Le nez est aquilin, ses ailes sont en relief et les narines sont trouées. La tête est surmontée d’une coiffe semblable à un casque, maintenue par une lanière sous le nez et rehaussée de deux anneaux en son sommet. Le miroir, le visage et une partie des jambes sont recouverts de goudron. Trois trous de cuisson permettant à la vapeur de s’échapper ont été réalisés à l’arrière de la sculpture.

Cette sculpture est particulièrement intéressante pour sa richesse iconographique qui fait référence à l’inframonde. Le miroir et le goudron sont effectivement deux éléments associés à l’idée du passage dans l’au-delà. La couleur noire est également à mettre en relation avec la fertilité et la renaissance, et ce, par le biais du grain de maïs putréfié. Ce dernier était en effet semé, afin de germer et de donner naissance à un nouvel épi. Par ailleurs, la qualité d’exécution de cette sculpture, sa taille importante et son excellent état de conservation en font un somptueux exemple de la statuaire Veracruz.

La culture Veracruz se développe le long de la côte Atlantique du Mexique, dans la région correspondant à l’actuel état du même nom, durant la période Classique, entre 250 et 950 apr. J.-C. Des subdivisions s’opèrent au sein même de cette culture et on distingue au moins deux « familles » Veracruz : celle de Remojadas et celle des Totonaques. C’est à la première qu’appartient la sculpture que nous présentons ici. Différents styles ont également pu être identifiés parmi la culture Veracruz, dont celui d’El Zapotal qui se caractérise par des terres cuites de grande taille représentant des figures humaines, des divinités ou des animaux. Leur finesse et leur qualité d’exécution en font des splendeurs de l’art de la Mésoamérique.