DEESSE DE LA FERTILITE ET DE LA TERRE

HUASTEQUE – AZTEQUE – Veracruz – Mexique

1300 – 1521 AP. J.-C.

  • Hauteur : 101,5 cm
  • Largeur :  34,2 cm
  • Epaisseur : 20,5 cm

Calcaire gris beige.

Sculpture représentant Chicomecoatl, déesse de la fertilité, du maïs et de la terre. Elle est représentée debout, les mains le long du corps dans une attitude hiératique. La bouche est ouverte. Le nez est en relief et les narines sont trouées. Les yeux en demi-lune sont fortement creusés. Le visage est encadré par une coiffure en forme de temple, dont les pans descendent jusqu’au niveau des poignets. La coiffe se compose d’une large partie centrale décorée d’un quadruple nœud, puis de deux frises torsadées et de quatre rectangles alignés. Elle se termine en haut par des palmettes. De chaque côté à l’avant et à l’arrière une rosette avec un pompon tient les pans qui encadrent le visage. Les mains en relief sont représentées sur les côtés. Elle est vêtue d’une longue robe serrée avec un col en ‘V’, qui met en relief sa poitrine. Une ceinture ornée de pendentifs vient souligner la tenue. Trou circulaire au milieu du cou.

Chicomecoatl est la déesse du maïs et de la fertilité. On retrouve les attributs de la déesse d’origine Aztèque : la ceinture, la coiffe en forme de temple qui encadre le visage. Le visage est traité comme celui d’un être décharné avec les yeux creusés. Selon la légende, à chaque mois de septembre, Chicomecoatl recevait le sacrifice d'une jeune fille que l'on décapitait. Le sang répandu lors du sacrifice était versé sur une statue de la déesse, et la peau de la victime était portée par un prêtre. Cette sculpture est une allégorie de la renaissance et du renouveau après la mort. Cette pièce faisait partie de l’art monumental.