PERSONNAGE DEBOUT

MEZCALA - GUERRERO

350 - 100 av. J.C.

Hauteur: 26,6 cm - Largeur: 7,7 cm - Epaisseur: 5,2 cm

Andésite verte veinée

Provenance

Ancienne collection Yvon Collet depuis 1967

Collection Galerie Mermoz depuis 2020

Ce personnage est un très bel exemple de la force créatrice du Guerrero, région montagneuse de l’ouest du Mexique considérée comme l’un des berceaux de la Mésoamérique et terre prodigue pour les artistes-sculpteurs de la fin du préclassique qui trouvaient là des gisements de pierres vertes, hautement sacrées, de très belle qualité.

Il témoigne de la richesse de l’art Mezcala, l’une des principales expressions culturelles locales, qui comprend des milliers de statuettes, toutes uniques en dépit de leur indéniable air de famille.  Si elles affichent des prétentions plus modestes que d’autres manifestations artistiques de Mésoamérique, elles n’en sont pas moins remarquables et méritent amplement l’intérêt que leur ont porté les artistes du XXe siècle, admiratifs de ces formes humaines inédites et audacieuses, jouant à merveille avec la lumière et l’aspect naturelle de la pierre.

Travaillée avec soin dans une magnifique andésite, c’est une réussite sculpturale mais aussi une œuvre précieuse sur le plan symbolique, gardien muet de la mémoire de peuples ancestraux, profondément reliés à leurs ancêtres et aux esprits de la Terre et de la Nature.

Dans une attitude recueillie, ce personnage se tient droit, les mains jointes sur le torse. La forme étroite et haute de son crâne indique une déformation rituelle, une pratique répandue en Mésoamérique au sein des classes sociales dominantes qui manifestaient ainsi leur noble statut. Les orbites oculaires sont larges, creusés superficiellement et laissés bruts. Le nez est long et sculpté en léger relief. A sa base, le sculpteur a réalisé deux creux circulaires au foret pour indiquer l’orifice des narines.

La bouche est à peine ébauchée et sa surface n’est pas polie. Les oreilles sont figurées par deux saillies angulaires qui portent également deux creux circulaires. La tête, prise dans les épaules, dissimule le cou. Les épaules étroites et tombantes se prolongent par de longs bras qui font bloc avec le torse. Seuls deux sillons verticaux permettent de les repérer visuellement. Les avant-bras, en revanche, sont sculptés clairement en relief, légèrement de biais, sur l’abdomen. Les mains ne sont pas apparentes mais elles sont manifestement jointes au niveau du nombril. Un renflement dans le bas-ventre marque la frontière avec les jambes, droites et séparées par une large encoche, arrondie à son extrémité supérieure. Les pieds ne sont pas sculptés, le personnage semble reposer directement sur les jambes, coupées nettes.

A noter : le haut du crâne a été volontairement laissé brut pour montrer l’aspect naturelle de la roche avant qu’elle ne soit travaillée et polie.